Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image

WORLDWIDE SHIPPING • FREE SHIPPING ON ORDERS OVER $100 (CANADA)

Need more help deciding?

Enlacé.e.s

Une exploration performative sur l'intimité.

Photographie par Hamza Abouelouafaa

Par moment, on ressent l'urgence de l’autre, l’urgence de l’étreinte, l’urgence de la caresse, un sentiment exacerbé par l'isolement et les politiques de distanciation. L’idée de cette performance est de renouer avec le toucher, le contact, peau à peau, danser à deux pour se rappeler d'avant. Ces duos n’avaient qu’une seule consigne : s’enlacer.

Lila


C’était un moment de communion où chaque mouvement devient un événement. Paradoxe entre le easy going de la chorégraphie des corps qui a suivi un flux/courant naturel, presque connu des corps; et la surprise de la puissance du toucher de la peau d’un vivant. Le contact vient appeler des souvenirs, la performance est un acte de mémoire.


Alice


Un sentiment d’accomplissement, quelque chose dans le ventre qui fumait et qui a pu prendre forme le temps d’un après-midi. La performance a pour moi commencé dès que nous sommes assis.es ensemble. Le moment de partage, l’ambiance de création, l’envie d’apprendre à connaître l’autre : un sentiment que la pandémie que nous vivons actuellement a exacerbé chez moi, sans qu’il puisse être assouvi, mais qui s’est installé dès les premiers instants du moment passé ensemble. Le toucher est quelque chose pour moi qui est important, précieux, un moment calme. Sans qu’il soit central dans notre duo, il a toujours été privilégié, traité avec amitié, confiance et délicatesse.

Gia Khanh et Amy


Après la performance, on s'est dit que c'était bizarre de se coller devant un public. Nous sommes assez prudes quand on est à l'extérieur de la maison ou dans un contexte social. On s'est habitué à exprimer notre amour en public à travers des sourires, des regards ou en se restreignant à se tenir la main.

Maryève


Pour moi, l'expérience m'a fait découvrir une nouvelle forme de communication. Je suis une personne très vocale, qui démontre mon amour avec les mots plutôt qu'avec le toucher ou le regard. Le fait de devoir regarder mon partenaire dans les yeux et de communiquer avec lui simplement avec le toucher était un défi. Cette expérience m'a fait découvrir une intimité et une douceur que je n'avais que rarement sentie avant. Je me suis donc senti en sécurité tout au long, comme prise en charge par le regard rassurant de mon partenaire. Cette performance m'a confirmé qu'il n'y a pas que les mots pour partager son amour envers quelqu'un.


Marven Jean


Pour moi, la performance était comme un jeu, j'avais le sourire aux lèvres et j'ai vite oublié l'aspect esthétique de ce qu'on faisait. C'était une des premières fois qu'on se mettait à nu devant une tierce partie, mais je ne pense pas que ça a eu un trop grand impact sur le résultat. Le toucher est ma façon principale de démontrer mon affection et mon amour envers ma partenaire. Je pense qu'à travers une étreinte, je peux communiquer et comprendre l'autre mieux que par les mots. C'est comme ma façon de savoir si on est sur la même longueur d'onde, à travers la réciprocité d'un calin.

Élise


Performer avec Rob, ça a amené une nouvelle intimité dans notre relation qu’on n’avait jamais vécue. Les symboliques utilisées (cordes, regard constant…) n’ont pas seulement un impact sur le résultat visuel de la performance, ça a aussi un effet puissant sur nous. J’avais tellement hâte de performer, mais je ne pouvais même pas imaginer le sentiment qu’on vivrait ensemble au son des déclics. Une fois la distance de la corde perdue, il ne restait que l’affection et l’amour que l’on se porte. La corde nous servait qu’à ne faire qu’un.


Robinson


Un sentiment de gêne dans les premières secondes, mais les jeux de regards captivèrent rapidement mon attention et fit dissocier l'acte de la performance, le rendant presque banal, voire naturel. Les cordes ont permis un rapprochement intime entre Élise et moi avec une dimension aussi bien physique que psychique. Le rapprochement forcé par les cordes a provoqué chez moi un sentiment d'appartenance de l'un envers l'autre, sentiment plutôt plaisant selon moi.

Hamza Abouelouafaa

Né à Marrakech, historien de formation, Hamza Abouelouafaa a écrit pour différents médias montréalais (Le Voir, Urbania et Radio-Canada). Son travail photographique touche à la vulnérabilité, explore le rapport à l’intime et à l’identité.