Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image
Vibes image

WORLDWIDE SHIPPING • FREE SHIPPING ON ORDERS OVER $100 (CANADA)

Need more help deciding?

L'hypersensibilité et la sexualité

Quand tous les pores sont ouverts au lit :

Article par Michèle St-Amand

Illustration par Aless MC

Connaissez-vous l’hypersensibilité? Qu’est-ce qui vous vient spontanément en tête pour la définir? Être éponge? Pleurer facilement? Être à fleur de peau? Est-ce une qualité, un défaut? Et comment peut-elle influencer la vie sexuelle?

Hypersensibilité : de quoi parle-t-on?



Je vous propose d’abord de démystifier l’hypersensibilité afin de développer une sensibilité (!) pour elle. Que vous soyez vous-même hypersensible ou que vous soyez en relation avec une personne hypersensible (pour alléger le texte, j’utiliserai « PHS »), il est pertinent de bien savoir de quoi il s’agit. Elaine N. Aron est une psychologue et chercheuse américaine reconnue pour ses travaux sur la question. Elle évoque qu’entre 15% et 20% de la population est hypersensible. Rappelons que la sensibilité au niveau neurologique est la capacité de recevoir et analyser les informations. Le système nerveux chez une PHS traite les stimuli plus profondément et plus intensément. C’est comme si la PHS possédait un amplificateur interne! 

L’hypersensibilité permet de percevoir davantage les subtilités de l’environnement : sons, odeurs, luminosité, textures, ambiance, température... mais elle génère facilement un trop-plein de stimulations. La PHS est généralement intuitive, créative, empathique; elle a une vie intérieure riche et complexe. Cela dit, elle peut se sentir bombardée par les stimuli externes, et son système nerveux s’épuise plus rapidement que chez les autres. Elle est particulièrement affectée par un climat conflictuel. Elle est généralement plus sensible à la faim, à la fatigue, au stress, à la douleur, aux médicaments, à la caféine et autres substances. Elle est aussi longuement habitée par la critique, le rejet, le jugement.

L’hypersensibilité n’est ni une pathologie, ni un problème en soi : elle est une caractéristique neutre. Par contre, dans notre société, elle n’est pas toujours accueillie favorablement, et dans le cas où cette hypersensibilité a été critiquée et étouffée par l’environnement familial, une relation conflictuelle avec elle a pu se développer.  

Alors comment cette particularité peut-elle agir? Par exemple, à la fin de la journée, il est fort possible que la PHS ait besoin d’un espace pour se déposer et digérer les diverses stimulations que son système nerveux aura captées. Cela peut aller jusqu’à ce qu’on appelle un « seul de fermeture » lorsqu’il y a eu hyperstimulation, et que le seuil de tolérance aux nouveaux stimuli est à son plus bas. La PHS peut se sentir irritée, agacée, voire désorientée, et un grand besoin de solitude peut se manifester. J’aime bien utiliser la métaphore de la boule à neige en verre qu’on secoue pour animer les flocons. La PHS a besoin d’être dans des conditions favorables pour permettre aux flocons de se déposer, à leur rythme. Cela peut se faire de diverses façons, mais le retrait, le calme et de bonnes nuits de sommeil réparateur sont souvent de mise.  

Et la sexualité chez les PHS?



Considérant ce qui vient d’être mentionné, vous pouvez imaginer que l’hypersensibilité puisse avoir certains impacts sur la sexualité. Elaine N. Aron avance que les PHS sont plus enclines à avoir une sexualité plutôt mystérieuse et plus puissante; à être excitées par des stimulations subtiles; à être facilement distraites lors des relations sexuelles; à être particulièrement sensibles à la douleur. 

Lors de relations sexuelles, la PHS expérimente des sensations physiques intenses, et elle a un besoin de concentration et de connexion. De plus, étant très sensible aux odeurs et au goût, l’hygiène corporelle est de mise! Elle saura remarquer des détails qui échappent à d’autres : de la graine de pavot coincée entre deux dents au subtil bruit que le voisin fait… rien ne lui échappe! 

L’expérience sexuelle peut connaître des variations de plaisir et de concentration. La PHS peut passer d’un état d’engagement sexuel intense, à une déconnexion à la suite d’une distraction. Un toucher trop brusque ou un bruit dérangeant peut la sortir de son expérience sexuelle. De plus, elle a tendance à être branchée sur l’expérience de l’autre…  Elle est si sensible aux stimuli externes et aux émotions que demeurer centrée sur son expérience sexuelle peut devenir difficile. Mais attention, le système nerveux bien allumé de la PHS peut aussi lui procurer des orgasmes très puissants! Quand les bonnes conditions sont réunies, bien sûr. 

La qualité de la relation avec l’autre est aussi un facteur important. Les personnes qui ne sont pas hypersensibles doivent être ouvertes à comprendre ce qui se passe du côté de la PHS. Elles doivent contribuer à une communication ouverte, sans jugement. Et chez la PHS, sa responsabilité est d’être assertive concernant ses besoins, ses limites, ses préférences, sa vérité. Et le consentement éclairé… encore et toujours!

Si vous êtes hypersensible, pensez à ce que vos sens et votre corps vous indiquent, car ils sont des avertisseurs de choix. Lors d’activités sexuelles, est-ce qu’il y a une musique qui vous plaît? Un type d’éclairage? Une texture sur laquelle pour aimez déposer votre corps?  Quels sont les arômes qui vous stimulent agréablement? Qu’est-ce qui vous excite? De quoi avez-vous besoin pour faire la transition après une journée énergivore? 

Bien entendu, l’hypersensibilité n’est pas le seul facteur à agir sur la vie sexuelle. Et l’expérience de l’hypersensibilité varie d’une personne à l’autre. Mais cette nature est à considérer afin d’en prendre soin. La PHS aura probablement à emprunter une voie de connaissance de soi profonde et de communication pour faire de cette grande sensibilité une alliée dans sa vie sexuelle. Mais bon, qui ne profiterait pas de ce parcours pour avoir une meilleure vie sexuelle? 

Michèle St-Amand

Michèle St-Amand est sexologue psychothérapeute. Elle travaille avec passion et compassion, et elle croit au potentiel de transformation de chaque personne qu’elle rencontre. Elle a particulièrement de l’expérience auprès des personnes victimes d’agression(s) sexuelle(s) et/ou présentant des réactions post-traumatiques. Elle intègre l’art dans sa pratique, et elle apprécie avoir un regard social sur la sexualité.